ACTUALITÉ, CULTURE

Maxime Floris, acteur : “J’ai toujours aimé raconter des histoires”.


Crédit photo : Felix Tak

Sympathique, passionné et bourré de talent (tout en restant humble, c’est un super-combo), Maxime Floris est de ces jeunes artistes comme on en fait peu. Que ce soit dans la comédie, l’écriture ou la réalisation, le jeune-homme s’investit pleinement pour – un jour, peut-être – toucher les étoiles. Justement, candidat au concours “Révélation des Étoiles” (remarquez comme ma transition est habile), Maxime s’envolera très bientôt pour Hollywood afin de réaliser son rêve. Il nous en dit plus !

Propos recueillis par Victorien Biet.

Maxime, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Maxime Floris, je suis comédien, auteur et réalisateur. Je suis né à Fontainebleau, c’est un point commun que je partage avec un roi de France et un auteur de BD. Quand j’étais petit je voulais être les deux.

Comment t’est venu ce goût pour les arts du spectacle ?

J’ai toujours aimé raconter des histoires et interpréter des personnages. Les jeux d’enfants se sont transformés en bandes dessinées, puis en nouvelles manuscrites, puis en contenu audio sur un magnétophone, et enfin en petits films, qui je l’espère deviendront grands.

Crédit photo : Felix Tak

Quelles sont tes inspirations ?

J’aime intégrer de la fantaisie et de l’onirisme dans le quotidien. Pendant que je te parle je vois un homme seul installé à une table. Je lui ai déjà inventé trois vies. Il commence à tousser, dans pas longtemps il en aura une quatrième.

En ce qui concerne les cinéastes qui m’inspirent, il y a Gregg Araki. Son cinéma est empreint d’une grande liberté, dans le ton et la forme, et il sait créer des personnages vraiment attachants. En France, je retrouve les mêmes qualités chez Yann Gonzalez et Bertrand Mandico. Tant de poésie et de passion, tout en étant ancrés dans des questions très concrètes et actuelles. Le pouvoir de la fable. J’aime aussi beaucoup Quentin Dupieux. Il crée son monde, à la fois si près et si loin du nôtre. Il me stimule pour créer le mien. Du côté de l’interprétation, j’ai grandi avec Louis de Funès et Jim Carrey, qui ont créé leur identité, leur style, tout en y apportant suffisamment de nuances pour surprendre le spectateur.

“Je sais que j’ai une grande part de féminité en moi.”

Par la suite, j’ai été beaucoup plus influencé par les actrices, qui pour moi offrent plus de nuances que leurs homologues masculins. J’ai développé une obsession pour Delphine Seyrig et Julie Andrews, qui sont d’une grande délicatesse tout en étant à chaque fois le moteur du film. Juno Temple me fascine. Il y a une multitude d’émotion dans un seul de ses yeux. Je sais que j’ai une grande part de féminité en moi, tout en étant parfaitement à l’aise avec mon corps d’homme. C’est comme si un adolescent et une femme d’âge mûr cohabitaient dans mon cerveau. Ils prennent soin l’un de l’autre et construisent ensemble.


Crédit photo : Lada Vesna

Parle-nous de Révélation des Étoiles. Comment as-tu intégré ce concours ?

C’est un concours national de talents qui regroupe des artistes de plusieurs disciplines : acting, chant, danse, mannequinat, magie… L’objectif est de constituer une équipe pour représenter la France lors d’un autre concours, le Championnat Mondial des Arts du Spectacle, qui se déroule à Hollywood en juilet et qui met en compétition 1500 artistes, venus de 60 pays différents.

“J’ai ouvert une cagnotte en ligne à laquelle les gens peuvent participer.”

J’ai rencontré la directrice de Révélation des Étoiles en octobre 2018 après une performance de body painting, et à la fin du mois j’ai été sélectionné pour intégrer l’équipe de France. Je partirai donc à Hollywood en juillet prochain ! Le vrai challenge pour moi, c’est de financer ce concours, parce que le règlement impose de ne passer que par le sponsoring.

De quelle manière nos lecteurs peuvent-ils te soutenir dans ton projet ?

En complément de l’aide que les marques peuvent m’apporter, j’ai ouvert une cagnotte en ligne à laquelle les gens peuvent participer. Il n’y a pas de montant minimum, j’estime que chaque don est important. Les gens ne se rendent pas compte à quel point ils peuvent faire la différence.

Crédit photo : Maxime Floris

Où te vois-tu dans dix ans ?

C’est difficile pour moi de répondre à cette question étant donné que je n’ai toujours pas décidé de ce que je vais manger ce soir. Disons qu’à l’heure qu’il est j’ai deux grands rêves : décrocher un premier rôle dans un long métrage, et en réaliser un.

As-tu d’autres projets en ce moment ou à l’avenir ?

J’ai deux projets de courts métrages, dont l’un va se tourner mi-mai, et en juin je serai au théâtre pour une mise en scène de La Main leste, d’Eugène Labiche. J’ai également participé à un projet photographique, Iconic d’Étienne Clotis, dans lequel j’interprète Jim Morrison.

PLUS D’INFOS :
Je soutiens Maxime !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s