50 NUANCES DE GAY, CULTURE, SOCIÉTÉ

Jason Barrio, auteur et interprète de #Condamné 03-64 : “Cette pièce raconte un internement dans lequel le seul espace de liberté est la poésie”

Tout est parti d’un article paru en 2017 dans le magazine moscovite d’opposition Novaïa Gazeta. Elena Milachina, journaliste réputée y dénonçait des centaines d’arrestations, de tortures et d’assassinats d’homosexuels en Tchétchénie. C’est en réaction à cette actualité que Jason Barrio a créé « Condamné #03-64 » qui raconte l’histoire de Pavel, homosexuel tchétchène emprisonné, torturé et assassiné à cause de son orientation sexuelle.

Propos recueillis par Victorien Biet.

Jason, aujourd’hui, tu nous présentes ta pièce « Condamné #03-64 ». Qu’est-ce que ça raconte ?

Cette pièce parle de la répression des homosexuels en Tchétchénie. Elle est issue d’une performance créée en juin 2017 suite à l’article paru sur Novaïa Gazeta. Elle raconte l’histoire de Pavel, un homosexuel tchétchène maintenu dans une prison illégale, du moins aux yeux de la constitution russe. À travers « Le Dernier Jour d’un Condamné » de Hugo, nous découvrons son arrestation. Cet ouvrage se veut assez universel puisqu’on ne sait pas quel est le motif de l’arrestation. On suppose que c’est un meurtre mais ça n’est pas explicitement dit. Ça m’intéressait de travailler avec ce texte parce-qu’il parle de l’intérieur, de la cellule, du quotidien et de comment la pensée arrive à survivre. 

Puis il nous parle aussi de son quotidien et de sa famille, tout ce qui existait avant son arrestation. 

Ce que je voulais au sujet de Pavel et de ses derniers jours, ses dernières heures, c’était montrer qu’il avait essayé d’avoir une vie normale aux yeux de la société tchétchène en défendant la vie de sa femme, la vie de sa mère, la vie de sa fille. L’important était qu’il ne soit pas purement tchétchène. Il faut savoir que ce pays est une république autonome et que différentes communautés y cohabitent. Donc, ça n’est pas simple comme territoire. Ils sont tous russes mais il y a des disparités. Donc ça raconte ça et son internement dans lequel le seul espace de liberté est la poésie, le seul moyen d’aller ailleurs. C’est pour cette raison que j’ai fait de ce personnage un bibliothécaire. Ça a permis de lui donner un accès à la littérature et ça justifie ses envolées lyriques lorsqu’il cite Hugo ou Rimbaud, toutes ces choses qui le traversent. 

Pour passer de la performance au théâtre, on a ajouté pas mal de texte et j’ai aussi beaucoup écrit pour évoquer son arrestation pour expliquer comment se passe la vie dans la prison. Avec des passages de l’ordre du désir, par exemple. Il y a trois temps, en fait : un premier où il parle de lui, de sa vie, de sa lutte intellectuelle, un deuxième qui est un happening lorsqu’il est surpris en plein élan de liberté par un gardien qui provoque une humiliation publique et un troisième où il évoque son amant et son arrestation qui aboutit à l’exécution de Pavel par sa propre famille.

“Le théâtre n’est pas simplement un endroit de divertissement pour moi.”

Qu’est-ce qui t’a motivé à reprendre ce sujet ?

Le choc, tout d’abord, et le fait que les médias n’en parlent pas, en pleine élection présidentielle. C’est pas simple de faire du journalisme en Russie et à plus forte raison en Tchétchénie. Donc ça m’importait de faire savoir ça à travers une performance. Le théâtre n’est pas simplement un endroit de divertissement pour moi. Ce qui me semble important, c’est que le théâtre puisse être un endroit où on peut suivre un processus. Ça aurait sans doute eu plus d’impact d’en parler pendant deux minutes sur YouTube mais ça m’importait de faire un spectacle avec l’idée que le spectateur rentre dans le processus de condamnation. On est avec le condamné pendant un laps de temps. Au début, la performance durait 25 minutes et on est passés à 1h de spectacle. À la fois, le théâtre est éphémère mais permet aussi ces rencontres-là qui ne sont pas du tout éphémères.

D’où t’est venue l’idée de reprendre l’ouvrage d’Hugo pour ta pièce ? 

Au départ, c’était un hasard. Je la relisais et ça m’est apparu comme une évidence. Et puis l’idée de la transposition n’était pas très difficile. La langue de Hugo est tellement forte qu’il a suffi de la transposer à cette situation pas du tout universelle pour que ça fonctionne immédiatement. Ce choix m’est aussi venu en cherchant un moyen de sublimer la violence. Si je n’avais pas fait ça et si je n’avais fait qu’écrire, il n’y aurait pas eu cet élan poétique. Ça aurait nui à ce qu’on voulait raconter car le sujet est tellement violent et insoutenable que ça doit passer par une langue qui sublime ce qui se passe. Sinon c’est trop premier degré. À la fois, ça m’intéresse de donner la parole à ces victimes mais ça passe aussi par en faire des héros par la langue. D’où mon choix pour Hugo. Évidemment, les évènements de Tchétchénie rappellent les crimes commis par les nazis sur les homosexuels pendant la guerre. Ça m’a conduit à me pencher sur d’autres ouvrages dont le témoignage de Pierre Seel, « Moi, Pierre Seel, Déporté Homosexuel », publié en 1994 sur les conseils de Jean Le Bitoux, rédacteur en chef du magazine Gai Pied. 

“On a regardé le film et ça m’est apparu comme une évidence qu’il devait arriver en ouverture de ma pièce.”

Tu as choisi d’ouvrir ta pièce avec un court-métrage intitulé « Aujourd’hui ». Que peux-tu nous en dire ? 

Les choses se font souvent par hasard mais pas sans raison. Le hasard a été que le compagnon de l’organisatrice du festival durant lequel a été jouée ma pièce avait également traité de ce sujet dans un court-métrage. À l’époque, il pensait faire de la science-fiction mais au final, pas du tout. Le hasard veut que l’acteur qui joue, Hugo Léonard, était en cours avec moi. On a regardé le film et ça m’est apparu comme une évidence qu’il devait arriver en ouverture de ma pièce. Ces deux objets artistiques se complètent car le film raconte l’arrestation, les dernières heures d’un couple homo dans une société française où l’homosexualité est repénalisée et considérée comme une maladie mentale et moi je raconte la même chose transposée en Tchétchénie. 

Au final, comment ça s’est passé ? Que retiens-tu de cette représentation ? 

Ça s’est bien passé, surtout qu’elle avait le goût d’une première. J’étais content car il y avait beaucoup de monde et l’association Le Refuge a fait venir trois jeunes dont un moldave qui a été très touché par le spectacle. Je suis très content et touché, surtout par les témoignages qui me sont parvenus. C’est là qu’on voit le sens de mon métier. Seule déception : j’aimerais que les associations et les politiques s’en emparent davantage. Qu’il y ait un relai plus important pour que ce spectacle ait une vie. Malheureusement, les programmateurs nationaux ne se sont pas déplacés, de même que la DRAC. Ils sont surchargés, c’est vrai, mais sans eux, je ne pourrai pas faire vivre ce spectacle. J’espère que les gens vont se mobiliser car je pense que ce spectacle a du sens aujourd’hui.

Donc pas d’autres représentations pour le moment ? 

Non, malheureusement. On n’a même pas encore pu prendre le temps de débriefer, de voir le nombre d’entrées et surtout ce qu’il est possible de faire avec le Lavoir Moderne Parisien mais nous avons bon espoir de pouvoir jouer très bientôt la pièce en dehors de Paris mais je ne vous en dit pas plus pour l’instant !

PLUS D’INFOS :
– barrio.jason@gmail.com
– la.compagnie.theatre.machine@gmail.com
Page Facebook de Jason Barrio.

ACTUALITÉ, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

Les mormons imposent un centre anti-LGBTQ+ en plein cœur du Marais !

Pour celles et ceux qui vivent Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie depuis plus d’une dizaine d’années, la permanence de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est devenue habituelle, presque un symbole de la diversité républicaine et du vivre-ensemble. Les habitants du quartier prenant même un malin plaisir à taquiner les fameux missionnaires cherchant à les convertir. Pourtant, les mormons ont décidé de passer à la vitesse supérieure en cette année 2018. Bas les masques : la permanence devient un centre anti-LGBTQ+.

Par Victorien Biet

Depuis de nombreuses années, la communauté mormone de France est sujette à controverses, que ce soit pour son homophobie (ou, plus épisodiquement, son racisme) ou son très puissant lobbying lui ayant permis, en 2013, d’ouvrir son premier Temple en Ile-De-France au prix de nombreuses nuisances sonores, visuelles et écologiques.


Temple mormon ouvert en 2013 à Le Chesnay (Ile-De-France).

En effet, il est de notoriété publique que les mormons et les homos n’ont jamais fait bon ménage même si l’Église a interdit à ses fidèles de participer aux manifestations contre le Mariage Pour Tous. La haine des homosexuels est telle que ces derniers sont systématiques excommuniés (et donc condamnés à une éternité de purgatoire dans la croyance mormone) s’ils refusent de “changer leurs pratiques” en suivant l’une des fameuses thérapies de conversion. La persécution va même bien plus loin puisqu’elle s’exerce contre les familles des homosexuels qui s’exposent elles aussi à des sanctions, les enfants n’étant pas épargnés.

Les habitants du Marais ne sont d’ailleurs pas en reste puisqu’une permanence a été installée il y a plusieurs années Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie. Pourtant, les missionnaires de l’Église ont rapidement compris qu’ils n’arriveraient pas à leurs fins et il est aujourd’hui très rare de les voir sortir à leurs risques et périls dans ce quartier où les habitants s’amusent régulièrement à les titiller.

La décision a donc été prise, peu de temps après l’arrivée du nouveau prophète de l’Église, Russell M. Nelson (qui bénéficie d’un véritable culte de la personnalité), de transformer l’inutile permanence en centre “d’histoire familiale”. Si la direction du centre prétend, en toute logique, que ce dernier ne sera consacré qu’à la généalogie (les mormons accordant une très grande importance à cette pratique), il est ironique qu’un tel endroit, prônant la “famille traditionnelle”, ouvre entouré par un bar et un restaurant LGBTQ+.

SOCIÉTÉ

Nous, néophobes non-traités.

Depuis de très nombreuses années, soit une bonne quinzaine, je n’arrivais pas à m’ôter de la tête cette idée selon laquelle ma répugnance (voire pire) pour tout ce qui sortait de mon cadre alimentaire très peu équilibré était un cas unique au monde et que, fort malheureusement, j’étais incurable car seule victime de cette maladie qu’est la néophobie que nous possédons pourtant tous à différents degrés. De fait, depuis l’enfance, mon côté caractériel a rapidement eu raison de la volonté de ma mère et donc de la composition voulue saine et diététique de mes repas. Jamais habitué à la diversité, je me suis rapidement enfermé, sans progresser, dans une attitude hautement problématique pour moi et mon équilibre physique et psychologique. Je vous raconte. 

Par Victorien Biet.

Pas facile de manger des légumes, quand on est tout petit. Pour certains, comme moi, c’était même un véritable défi. Quelque-chose d’insurmontable. Ça l’est d’ailleurs toujours aujourd’hui. Le voilà, le problème. D’ailleurs, je me permet d’insister sur ce point pour les parents qui pourraient me lire : ne laissez pas votre enfant prendre de mauvaises habitudes alimentaires. Le goût de votre bambin se travaille et s’il n’est pas titillé régulièrement par la nouveauté, il va se rabougrir et votre progéniture vous le reprochera toute sa vie.

La Néophobie non-traitée, un handicap social.  

De fait, je n’ai jamais trouvé le moyen de remédier à ce véritable handicap. Et si je parle de « handicap », ça n’est pas par provocation, au contraire. Il est avéré que l’alimentation revêt une importance capitale dans la socialisation. Imaginez donc ce que cela peut représenter pour un enfant, de devoir subir chaque jour, durant des années de cantine scolaire, ce même blocage (quitte à se faire punir quotidiennement) et, une fois arrivé à l’âge adulte, de devoir se justifier en permanence de ne pas vouloir déjeuner avec ses collègues de bureau ou de ne calmer sa faim qu’avec des aliments à base de pommes de terre frites, de bonbons ou de gâteaux. Le handicap est quotidien et le traumatisme est bien réel. D’autant que cette maladie (qui n’est pas incurable, je le souligne) est fort méconnue et qu’elle peut ressembler, dans l’esprit de personnes mal-lunées, à un caprice d’enfant gâté. 

À cela vient s’ajouter un problème très grave et absolument dramatique sur le plan psychologique (voire psychiatrique, sur le long terme) : celui de la honte qui conduit à l’isolement social. En effet, comment ne pas avoir honte, passé 18 ans, d’imposer à vos amis de sortir au restaurant dans un lieu que vous avez spécialement choisi et où vous pourrez commander ce qu’il vous convient ? Peut-être avaient-ils envie de sushis, idée qui vous répugne au plus haut point ? Comment pouvez-vous leur imposer cela ?  De ce fait, vous faites le choix de ne plus sortir avec vos amis. Vous-vous isolez et vous-vous enfermez dans votre phobie. Dépression, solitude, suicide… Les conséquences peuvent être dramatiques.

Comment vivre avec.

J’ai longtemps pensé que la seule considération que je devais avoir était celle de mon poids. Imaginez donc ma surprise lorsque j’ai appris que « mauvaise alimentation » et donc « carences » rimait avec « perte de cheveux » et « problèmes de peau ». Sans compter les conséquences qu’entraine une alimentation trop riche en graisses. Imaginez donc mon horreur lorsque j’ai appris que les grands buveurs n’avaient pas le monopole des maladies de foie et que, faute je changement radical, j’allais probablement mourir d’ici quelques années de la « maladie du soda » récemment contractée par Pierre Ménès. Oui, on me dit toujours que je suis un peu excessif mais mieux vaux prévenir que guérir (d’autant que je suis un peu hypocondriaque, aussi).

Vivre avec cette phobie, n’est donc pas chose aisée et, si la vôtre se focalise essentiellement sur les aliments sains – comme la mienne -, alors pas de chance pour vous mais il va falloir redoubler d’efforts. Puisqu’il n’existe pas de solution miracle et que la seule méthode, que je vous détaille ci-après, demande énormément de motivation et un travail sur soi considérable, alors il va vous falloir tricher et compenser. Sachez-le : vivre avec, c’est le bagne et je ne le souhaite à personne. Pourtant, il est possible de pallier ce gros problème en évitant les excès, en ayant une activité physique régulière (au moins 12 kilomètres de marche rapide par jour, me concernant) et en pratiquant le jeun. De même, les compléments alimentaires (je pense surtout aux vitamines B) peuvent s’avérer très efficaces pour garder la forme !

Quelques pistes pour s’en sortir.

Le plus gros problème – à mon sens – du néophobe est le fait que, la plupart du temps, cet individu n’a personne à qui confier son problème sans être catalogué comme une personne “difficile” ou carrément “capricieuse”. De fait, comme pour tout problème d’ordre psychologique, il est essentiel de libérer la parole. En parler ne le résoudra pas mais vous permettra de mettre des mots sur vos angoisses et donc de mieux les comprendre. Je connais, personnellement, les causes de mon handicap et je me sens bien mieux armé ainsi, maintenant que je sais qu’il va me falloir effectuer un travail sur moi-même pour évoluer.

Si vous effectuez quelques recherches sur le net concernant cette phobie, vous tomberez sans doute sur de nombreux “spécialistes” vous conseillant d’effectuer une thérapie comportementale, tenez-vous bien, dans leur propre cabinet. Comme vous-vous en doutez, il est très peu probable qu’un tel traitement puisse fonctionner, à moins que le thérapeute ne sache vous anesthésier les papilles gustatives chaque fois que vous devez avaler un chou de Bruxelles. Le seul conseil, qu’il me faudra très bientôt appliquer à moi-même, que je pourrais vous donner – et que la majorité de ceux qui s’en sont sorti donnent à leurs congénères – est de vous préparer psychologiquement et de gouter de nouveaux aliments en très petites quantités. Amusez-vous et préparez vos propres petites recettes, des choses qui font plaisir à regarder et qui donnent envie d’être avalées. Dites-vous que ce sera un très long travail et que vous n’apprivoiserez pas votre palais en un repas. Apprenez simplement à gagner du terrain, progressivement, en goutant de nouvelles choses et, surtout, en vous faisant plaisir. L’idée n’est pas de vous faire dégobiller votre déjeuner sur votre plus beau tapis à cause d’une cuillère de petits pois (oui, c’est du vécu).

MON ACTU, SOCIÉTÉ

Mr.B est de retour dans le Marais !

33599538_1777548102304288_1840882038865920000_o

Vous avez été nombreux à regretter la fermeture de l’enseigne Mr.B, l’année passée, en plein cœur du Marais. Grand nom du fétichisme gay parisien, cette boutique était une référence et sa fermeture provoqua un véritable séisme dans la communauté LGBT. Depuis remplacée par l’enseigne portugaise eNeNe, personne ne croyait à son retour et nous-nous étions résolus à ne plus voir le logo ailé que lors d’escapades érotiques au nord de l’Europe.

image1

Seulement, vous serez heureux d’apprendre que la marque est enfin de retour dans la capitale. Non plus en tant que boutique mais en tant que corner, au sous-sol de la légendaire boutique IEM. Garçon Magazine et Qweek étaient naturellement de la partie et c’est avec plaisir que nous avons pu découvrir ce tout nouvel espace aménagé spécialement pour accueillir les produits les plus populaires de la marque.

Naturellement, le cuir y est à l’honneur et les nostalgiques ont pu se réjouir de retrouver les sublimes vestes, pantalons, chemises et bottes (pour lesquels il faudra naturellement mettre la main au portefeuille) que proposait jadis la marque dans sa boutique du 24 Rue du Temple. Verdict : nous, on a adoré. Alors n’hésitez pas à aller faire un petit tour chez IEM, 16 Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, pour découvrir ce tout nouveau corner qui vous remplira de nostalgie !

33678080_1777547762304322_4318612263490551808_o

CULTURE, SOCIÉTÉ

Richard von Krafft-Ebing, le psychiatre qui voulait dépénaliser l’homosexualité.

Né en Allemagne le 14 aout 1840, Richard von Krafft-Ebing est, au même titre que Freud, un précurseur dans le domaine de la psychanalyse. Célèbre pour son travail sur le Psychopathia Sexualis, manuel à l’usage des médecins légistes et des magistrats, il est l’un de ceux qui ont contribué à définir le masochisme. L’aspect militant de son travail sur la sexualité humaine, notamment en ce qui concerne son implication dans la lutte pour la dépénalisation de l’homosexualité, longtemps oublié, en fait un cas à part et mérite d’être reconnu.

Par Victorien BIET

Ça n’est un mystère pour personne : en 1840, mieux vaux ne pas être homosexuel en Europe et à plus forte raison en Autriche, pays où l’Église exerce une très forte influence. Pourtant, alors que la société germanophone est toujours aussi répressive sur ces questions, un homme va se distinguer et apporter un regard nouveau sur l’homosexualité. Richard von Krafft-Ebing n’a pas fait mystère de ses positions sur le sujet et après l’étude de nombreux cas, le psychanalyste a adoptée une posture historique.

Pour lui, à la lumière de ses recherche et de nombreux articles sur le sujet, l’homosexualité n’est pas une déficience mentale. Si pour lui, en homme de son siècle et durant de nombreuses années, cette attirance relève toujours de l’anomalie, il finira par reconnaître son erreur en remplaçant ce terme par celui de “différenciation”, définition très proche de la notre.

Une personnalité polémique… même chez les LGBT.

Pourtant, l’homme n’a pas seulement été oublié par la communauté LGBT. Il est également rejeté et ce pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, s’il est critiqué, c’est à cause des sujets qu’il a pu choisir pour se faire une idée de ce qu’était l’homosexualité. Certains médias parlent même de sujets d’étude “d’académie et de Cour des Miracles”. L’on ne pourra que se ranger à cet avis puisque le psychanalyste s’est en effet penché sur de nombreux cas sans distinction de classe sociale, d’origines ethniques et culturelles, de santé mentale, etc. Mais n’est-ce pas justement sur ce point qu’il a vu le plus juste lorsque l’on sait toute la diversité de la communauté LGBT ?

L’autre objet de profond désaccord entre Krafft-Ebing et les historiens est la manière dont il concevait cette différence. Le titre de son ouvrage de référence, Psychopathia Sexualis, démontre bien cette volonté d’assimiler les sexualités alternatives à la “norme” à quelque-chose d’horrible, de dangereux, à quelque-chose qu’il faut cataloguer pour mieux l’identifier. Si l’homosexualité n’est jamais mentionnée dans ce contexte, nombreux sont ceux, dans le milieu gay, qui ne parviennent pas à le digérer.

Comment comprendre, alors, si le célèbre psychanalyste est à ce point persuadé qu’il est nécessaire de considérer les différences sexuelles comme des déviances, qu’il soit devenu l’un des plus féroces défenseurs de la dépénalisation de l’homosexualité ? Tout simplement parce-que les deux ne sont pas incompatibles. Pragmatique, Krafft-Ebing a rapidement compris toute l’absurdité de la pénalisation de l’homosexualité. Car si, comme la majorité de ses contemporains, il ne l’acceptait pas, il fut l’un des premiers à initier une véritable tolérance affichée en demandant cette dépénalisation. Pour nous, c’est un tout petit pas. Pour lui et pour l’époque, c’était un pas de géant.

+ D’INFOS 
– Psychopathia Sexualis, Richard von Krafft-Ebing, éd. Camion Noir.

ACTUALITÉ, MON ACTU, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

Alice Nkom au sujet de la situation des LGBT au Cameroun.

Au Cameroun, les LGBT subissent les conséquences de l’article 347-1 du Code Pénal, punissant l’homosexualité de six mois à cinq ans de prison et de 20.000 à 200.000 Francs d’amende. De plus, pour une majorité de Camerounais, l’homosexualité a été “apportée” au Cameroun par les blancs, rejoignant sur bien des points le discours néo-conservateur des pays Est-Européens sur “l’impérialisme gay” occidental. Il est aussi pertinent d’ajouter que le nouvel intellectualisme de gauche, fondamentalement pan-africaniste, cherche à importer cette idéologie en France. Une tentative de conférence par des étudiants grévistes fut notamment avortée durant l’occupation de Tolbiac.

C’est contre cette dynamique que Alice Nkom se bat depuis de nombreuses années en tant qu’avocate. Son objectif premier est la dépénalisation universelle de l’homosexualité et plus largement l’éveil des consciences pour enrayer l’homophobie. C’est aussi un combat pour l’accès à l’information car les homosexuels non-Européens, sont empêchés par les forces de l’ordre et les Gouvernements d’accéder aux renseignements qui leur permettront de s’assumer, de militer ou encore d’assurer leur sécurité et de se protéger contre le SIDA, véritable fléau en Afrique.

Nous avons pu la rencontrer pour recueillir son témoignage. Qui est-elle ? Quel est son combat ? Quelle est la situation des LGBT au Cameroun ? Rencontre avec cet incroyable personnage considéré comme l’une des dix personnalités les plus influentes du Cameroun.

MON ACTU, SOCIÉTÉ

Garçon Live n°3 du jeudi 17 mai 2018 : Spécial Journée Mondiale de Lutte Contre l’Homophobie.

IMG_1149

L’homophobie est un sujet brulant. En constante augmentation depuis des années dans un pays qui se veut leader en matière de droits des homosexuels, elle enregistre une progression de 5% en 2017. Comment une telle situation est-elle possible ? C’est la question qui a été posée par Ronan, notre animateur, aux chroniqueurs du Garçon Live à l’occasion de la Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie. Témoignages, coups de gueule et surtout beaucoup de rires furent au coeur de cette émission démarrée, vous pourrez le constater, sur les chapeaux de roues !


Prochain numéro :
jeudi 24 mai 2018, en direct sur la page Facebook de Garçon Magazine dès 20h30 !